Vivre mieux en dépensant moins !

Etre un Riche Retraité, c’est Quoi ?

“Vous êtes riche” écrit notre correspondant itinérant Bernard Thoumin. “Félicitation”, et il poursuit ainsi :

“Par le passé, être riche signifiait notamment pouvoir s’offrir une résidence secondaire au soleil et en profiter sans compter durant les longs mois d’hiver.

“Mais arrivèrent les vols low-cost, les ordinateurs, Skype, et les téléphones portables. Des millions de retraités découvrirent soudainement qu’ils avaient les moyens financiers de s’installer à l’étranger dans des petits coins de paradis, jusque là réservés aux personnes fortunées,  et d’y vivre mieux en dépensant moins (puisqu’en arrivant à l’âge de la retraite, vous devez vivre avec une pension moins élevée que votre précédent salaire).

“Je pense que nous avons besoin de redéfinir la notion de riche, je vous propose ceci : Si vous vivez heureux avec vos moyens financiers, vous êtes riche. Si vos moyens financiers ne vous permettent pas de satisfaire les besoins qui vous rendent heureux, vous êtes pauvre.

 “Donc être riche dépend de la manière dont vous dépensez votre argent, plutôt que du montant d’argent dont vous disposez. Vivre bien avec vos moyens financiers implique adaptabilité, capacité à changer ou modifier le quoi, le où et le comment de votre style de vie.

“Votre capacité à vous adapter vous permet de faire des choses que vous n’auriez jamais imaginé pouvoir faire.

“A la fin des années 90, quelqu’un nous a écrit pour nous expliquer à quel point on pouvait vivre heureux à Barcelone sans grands moyens. Jusque là, nous avions toujours pensé que Barcelone était trop coûteux pour nous.

“Six mois plus tard, nous partions pour Barcelone et nous nous installèrent dans un agréable petit appartement meublé qui nous coûta 500 € par mois.

“Quelques années plus tard, Barcelone devint à la mode, les prix augmentèrent et on commença à réduire la durée de nos séjours en compensant l’augmentation du coût de la vie à Barcelone par de plus longs séjours en Thaïlande.

Nous avons dû nous adapter. Un logement moins cher, sans ascenseur. On a appris à vivre avec une salle de bains si petite que la quasi totalité de celle-ci était prise par la douche. On avait une cuisine de la taille d’un placard, équipée seulement d’un mini réfrigérateur, d’une plaque chauffante et un grille-pain. On devait laver nos vêtements dans un lavoir express. Nous avons à peine perçu ce qui nous manquait. Par contre, nous étions riches, jouissant de l’opportunité de vivre dans une telle citée.

“Et chaque année, nous passons plus de temps ailleurs, en Thaïlande, Chine, ou autres pays low-cost.

“J’imagine que si vous lisez ceci, vous êtes déjà riche, ou vous le serez bientôt, simplement parce que vous avez un passeport. Un passeport vous donne la possibilité de vivre et de voyager à l’étranger, et vous procure ainsi de nombreuses options et opportunités d’être riche, en profitant de la flexibilité qu’il vous donne. Vous ne pouvez pas vous offrir un long séjour sur la côte d’Azur? Essayez Agadir au Maroc ou Hua Hin en Thaïlande.

“Pour être riche, vous devez simplement déménager là où les besoins qui vous rendent heureux peuvent être assouvis à un coût que vous pouvez supporter.

“Isabelle et moi avons des amis français qui ne voyagent jamais à l’étranger, tout simplement parce qu’ils angoissent à l’idée de se trouver face à des gens qui ne parlent pas le français. Nous avons des amis américains qui ne se déplacent que dans les pays où l’on parle anglais.

“Nous avons séjourné dans le monde entier et je suis d’accord pour dire que parler la langue du pays rend les voyages plus faciles, plus confortables, mais quand nous sommes dans un pays où nous ne parlons pas la langue locale, nous devenons plus créatifs, plus courageux et dynamiques. Nous apprécions une intensité qui n’est ressentie que lorsque nous sommes à l’extérieur de notre zone de confort.

Nous avons tous une zone de confort, et certains refusent de s’en extraire. Récemment nous avons entendu parler de jeunes canadiens qui visitaient des connaissances au Portugal. Les invités Canadiens sont arrivés et ont installé eux-mêmes dans le salon télé, wifi, DVD et ordinateurs. Ils ont passé la totalité de leurs deux semaines au Portugal à faire exactement ce qu’ils auraient fait s’ils étaient restés chez eux, c’est-à-dire visionner des DVD et jouer à des jeux vidéos.

“Nos amis français et américains et ces jeunes Canadiens ont du mal à sortir de leur zone de confort. Ils manquent de flexibilité pour vivre à l’étranger. Cette lacune les empêche d’être riche.

Vous avez cette flexibilité, vous avez vécu à l’étranger ou au moins vous pensez à vous y installer. Vous avez le sens de l’aventure.

“Vous réalisez qu’il y a mieux à faire que de passer sa journée à visualiser des vidéos. Si vous rencontrez quelqu’un qui parle une autre langue, vous allez vite apprendre les astuces pour résoudre le problème de communication et  vous serez étonné de constater tout ce qui peut être accompli avec de simples gestes, un papier et un crayon, et un vrai sourire.

Reprenez ma définition : Si vous vivez bien avec vos  moyens financiers, vous êtes riche. Dans la plupart des cas, à l’âge de la retraite, nos moyens sont figés et peuvent s’avérer trop faibles pour une vie confortable. Cependant, on peut faire bien des choses et vivre heureux avec ces moyens financiers en s’adaptant.

“On peut quitter un pays “cher” et aller dans un pays “low-cost”. Si on est déjà dans un pays low-cost, on peut déménager d’un logement à loyer élevé vers un autre à loyer modéré. L’adaptabilité nous permet d’être riche, spécialement lorsque l’on reste fixé sur ce qui est le plus important pour nous.

Bernard Thoumin a raison, vous êtes riche dans la mesure où vous avez beaucoup plus de flexibilité que les autres. Votre adaptabilité est peut-être plus précieuse que l’argent. Après tout, l’argent peut disparaitre alors que l’adaptabilité vous accompagne tant que vous savez étendre votre zone de confort.

Et puis, en vivant à l’étranger vous êtes riche d’un nouveau style de vie, riche d’échanges avec une autre culture…

Paul Delahoutre

Auteur des guides “Retraite sans Frontières”