Vivre mieux en dépensant moins !

Prenez votre Retraite à l’Étranger et Créez votre petit Business !

Les retraités ont deux stratégies possibles pour préserver leur pouvoir d’achat voire même l’augmenter :
Se créer un emploi et travailler à leur rythme et sans la pression d’avant.
Partir en retraite à l’étranger, dans un pays où le coût de la vie est plus faible.
Mais pourquoi pas cumuler les deux stratégies en partant vivre et travailler à l’étranger!

Vous êtes bien sûr au courant de ces centaines de milliers d’emplois perdus en France ces 5 dernières années. Beaucoup d’entre eux n’ont pas disparus. Ils ont refait surface sur Internet… Vous pouvez les récupérer si vous savez les identifier… et vous pouvez les créer partout dans le monde avec une simple connexion Internet.

Je connais le métier de la publication. Commencé il y a quelques années, j’ai crée cette activité avec les méthodes de communication postales traditionnelles. Aujourd’hui mon business est virtuel.
De nos jours, les sociétés de publication comme la mienne peuvent avoir besoin des services d’un rédacteur ou d’un éditeur une ou deux fois par mois. Pas besoin de s’attacher leurs services à plein temps et de payer des salaires et charges sociales. C’est plus facile et moins cher de trouver un rédacteur freelance doté des compétences nécessaires.

C’est un petit exemple. La vérité c’est qu’il existe aujourd’hui des opportunités comme celle-là qui attendent les entrepreneurs pratiquement partout dans le monde. Vous pouvez transformer une passion en un revenu et devenir un maillon de la nouvelle et globale économie. Vous pouvez entrer dans ce monde avec rien de plus qu’un ordinateur portable ou plus ambitieusement, avec un bureau et une équipe pour générer le revenu dont vous avez besoin pour vivre la vie que vous souhaitez.

J’ai un ami en Bulgarie qui remarqua qu’il n’existait pas de boulangerie française à Sofia. Il trouva un local bien placé, installa un four et développa progressivement une affaire de gros et de détail qui marche très fort aujourd’hui.

Quelques unes des meilleures affaires à l’étranger démarrent comme celle-là, organiquement. Vous faites une recherche, vous découvrez un marché de niche et vous trouvez une voie pour le satisfaire. D’autres affaires peuvent nécessiter plus de préparation.

Que pouvez-vous faire?

• Une affaire nécessitant seulement un ordinateur portable (consultant, rédacteur, reporter de voyage, photographe, comptable, traducteur par exemple). C’est facile à créer en étant à l’étranger et cela vous permet de travailler de presque partout dans le monde…

• Une affaire basée sur le tourisme, une maison d’hôtes, un centre de plongée, un bar, un restaurant, un magasin de crèmes glacées,…

• Une affaire ciblée sur la communauté d’expatriés, vous donnera une opportunité de leur procurer un produit ou un service auquel ils étaient habitués dans leur pays d’origine et qu’ils regrettent de ne pas trouver là où vous vous trouvez avec eux : une cave à vin, une boulangerie française….

• Une affaire répondant aux nouveaux besoins de la population des pays en voie de développement… Un des gros avantages d’une personne venant d’un pays développé, qui cherche à créer une entreprise dans un pays en voie de développement, est de savoir identifier rapidement tout ce qui n’existe pas dans ce pays et qui correspond aux nouvelles attentes des habitants qui disposent de plus en plus de pouvoir d’achat, qui ont soif de satisfaire leurs manques et de se rapprocher du standard de vie des pays développés.

• L’immobilier est un métier autour duquel gravitent de nombreux expatriés. Vous apportez le professionnalisme, la sécurité et l’efficacité du marché immobilier européen dans des endroits où le marché de l’immobilier est tout, sauf organisé et sécurisant.

• Import/export…

• Fermier ou viticulteur…

Plus de cinq ans après avoir créé ma propre entreprise, je peux vous dire que cela n’a pas été toujours facile, mais je n’ai aucun regret. En fait, mon seul regret est de ne pas avoir démarré plus tôt.

Dans le climat social et économique actuel, où les emplois sont de plus en plus menacés en France, et où les jeunes entrant dans la vie active se demandent ce qu’ils vont faire dans ce monde avec leur nouveau diplôme… La question n’est pas seulement de savoir ce que vous allez faire pour vivre la vie à laquelle vous aspirez… Mais de savoir où vous allez créer votre affaire dans ce monde en évolution.

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »