Vivre mieux en dépensant moins !

Le Portugal c’est aussi l’île de Madère

Madère au Portugal

Au large du Maroc et à 1 000 km environ au sud-ouest de Lisbonne, il est un archipel du Portugal dont les paysages forcent l’émotion : c’est Madère, le « jardin de l’Atlantique », saisissante harmonie de verts, de bleus, et de lave.

Les retraités qui recherchent un lieu où prendre leur retraite au Portugal oublient souvent de prendre en considération Madère, un peu trop isolée à leur goût. Disons que par rapport au Portugal continental, Madère présente deux avantages et deux inconvénients majeurs. Et si de votre point de vue, les avantages surpassent les inconvénients, alors il peut être judicieux d’aller y faire un séjour découverte avant de faire votre choix définitif.

Avantage n° 1 : le climat

Le climat du Portugal continental est déjà un atout non négligeable lorsque l’on vient de France mais celui de Madère est exceptionnel, pour peu que l’on choisisse bien son lieu d’installation. En effet, la cordillère centrale qui s’allonge d’est en ouest oppose nettement le versant nord au versant sud. Le Nord soumis aux vents dominants est plus humide et moins ensoleillé que le sud.
Concrètement, sur la côte sud et en dessous de 300 mètres d’altitude, le temps est doux, peu pluvieux et ensoleillé tout au long de l’année, surtout en bordure de mer : A Funchal, la capitale de l’île, la différence entre l’hiver et l’été n’excède pas 8°C, et le thermomètre ne descend jamais en dessous de 13°C et ne grimpe jamais au dessus de 28°C.

Avantage n°2 : la sécurité

Par les temps qui courent, ce critère prend de plus en plus d’importance et Madère, de par le fait que c’est une petite île relativement isolée, contrôle plus facilement les entrées et les sorties du territoire et est à l’abri des vagues migratoires incontrôlées que subissent les pays européens.

Inconvénient n° 1 : l’isolement

Les 1000 kilomètres qui séparent l’île du continent européen (Portugal), ont une double conséquence :
• Les trajets aériens directs vers la France sont plus longs (4h50 pour rejoindre Paris), ils sont assurés par moins de compagnies aériennes (Transavia, TAP Portugal, Air Berlin, Aigle Azur…) et vers moins d’aéroports de destination : en France, uniquement Paris Orly et Roissy, à moins de supporter un voyage avec escale à Lisbonne ou Porto, auquel cas on peut aussi atterrir à Bordeaux, Marseille, Nice, Lyon, Toulouse, Bruxelles et Genève.

• Le coût de la vie est légèrement plus élevé qu’au Portugal continental car les produits importés supportent un transport maritime additionnel, mais reste sensiblement plus faible qu’en France.

Inconvénient n°2 : La pénurie de plages de sable blond

Compte tenu de son caractère volcanique, n’espérez pas trouver des plages de sable doré sur tout le pourtour de l’île, il y en a quelques unes mais elles sont souvent encombrées. Pour disposer d’un peu d’espace et être au calme, il faudra vous retrancher vers les plages de sable gris ou de galets qui parsèment la côte ou vivre sur l’autre île de l’archipel, à savoir Porto Santo située à 40 km au nord-est, qui déroule l’un des plus beaux rubans de sable doré de l’Atlantique.

Si vous êtes convaincu de l’intérêt que pourrait représenter une retraite sur l’île de Madère, nous vous suggérons de vous intéresser à Funchal, la petite capitale de l’île possède une baie époustouflante et un cachet de ville coloniale au charme désuet. La richesse du patrimoine historique de la ville, ses églises aux dorures sublimes, les fameux azulejos, les ruelles pavées de la vieille ville qui descendent vers la mer… mais aussi ses quartiers modernes cosmopolites ou balnéaires

Enfin, si vous aimez la randonnée, Madère sera pour vous un eldorado. En effet, l’île dispose d’un réseau très original de 1400 kms de canaux qui épousent les contours des montagnes et irriguent, comme autant de petits vaisseaux capillaires, les terres cultivées de l’île. Beaucoup de ces canaux, appelés levadas sont doublés d’un étroit sentier sur lequel on peut marcher, et profiter par la même occasion, de paysages inoubliables: gorges, forêts, ravins… avec la mer en contrebas. Cerise sur le gâteau, les marcheurs indépendants peuvent rallier de nombreuses levadas en utilisant les transports en commun depuis Funchal.

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »