Vivre mieux en dépensant moins !

Les trésors préservés de la Côte d’Argent au Portugal

Le centre du Portugal est l’une des beautés endormies d’Europe.

La raison pour laquelle elle reste ignorée est étonnante. Ourlée d’un littoral agrémenté de falaises, de criques et de moulins à vent blanchis à la chaux, les plages des provinces de Beira et d’Estremadura ressemblent à de larges rubans dorés. L’intérieur des terres assoupi se compose de villes fortifiées, de monastères et de chapelles de pèlerins. Les petits villages sont entourés d’oliveraies en terrasse, de citronniers et de vignes.

Complétant la photo, des lagunes de sel, des rivières gargouillantes, des forêts de sapins, des nids de cigognes au sommet des clochers, des maisons drapées de glycines…

Ravissant, mais aussi financièrement attractif. Il n’est pas rare de trouver des appartements en front de mer pour moins de 150 000 €, et dans les restaurants locaux, quatre belles sardines grillées servies avec des pommes de terre et de la salade fraîche revient à 6,50 €. Une bière pression vous coûtera seulement 1,20 €.

S’étalant de Figueira da Foz à Peniche, les plages du Centre du Portugal forment la côte d’Argent. Un nom inapproprié car le sable est plus doré que argenté. En fait, le nom vient de la façon dont la lumière scintillante miroite sur l’océan.

La température de la Côte d’Argent n’est pas aussi élevée qu’en Algarve, la frange sud du Portugal. Même en juillet, elle tourne autour de 28°. Bien que les hivers soient doux, ils peuvent être humides et venteux. Mais le gros avantage est que ses villes balnéaires sont moins surpeuplées, et sont encore peu concernées par la frivolité du tourisme de masse. Contrairement aux méga-stations balnéaires de l’Algarve, on ressent l’atmosphère du « vrai Portugal ».

Cependant tout ce qui peut attirer les visiteurs est disponible. Vous n’avez pas à aller loin pour trouver des courts de tennis et des terrains de golf. De plus, il y a plein de chose à découvrir au-delà des plages, particulièrement si vous êtes fervent de culture, d’histoire et de longues randonnées.

En vous déplaçant du nord au sud de la côte d’Argent, si vous recherchez un lieu d’installation pour la retraite, je vous suggère fortement ces quelques arrêts :

Aveiro est une petite ville dynamique, qui possède un centre historique très agréable à vivre avec ses canaux qu’enjambent de petits ponts et ses « moliceiros », élégantes barques colorées rappelant les gondoles vénitiennes. Ne manquez pas de jeter un œil à l’étonnante citée balnéaire de Costa Nova, située entre les plages de l’Atlantique et la lagune, avec ses pimpantes maisons en bois peintes de rayures colorées (palheiros).

Nazaré bénéficie d’un site exceptionnel : Un promontoire avancé sur la mer déroulant une longue perspective sur la côte, une plage étalant en contrebas sa courbe ample à perte de vue et une immense pinède à l’arrière. Ancien village de pêcheur, le poisson est encore éviscéré et séché sur la plage, où il est vendu par les femmes des pêcheurs qui portent le costume traditionnel.

Sao Martinho do Porto est une petite station balnéaire tranquille et familiale qui possède une baie formant un ovale parfait, où la mer s’agite dans cette rade de rêve aussi calmement que dans un lac. Sa situation abritée en fait l’une des seules plages sûre pour les enfants et pour les sports nautiques.

Obidos, qui a l’inconvénient d’être éloigné du rivage de 17 kms et d’être très touristique, est un musée à ciel ouvert. Une petite perle de village aux murs aveuglement blancs, peints de bandes bleues et ocre. Un ensemble de maisons de poupées aux balcons fleuris dans un lacis d’escaliers et de ruelles pavées évoquant Gothique, Renaissance et Baroque.

Paul Delahoutre
Auteur des guides Retraite sans Frontières