Vivre mieux en dépensant moins !

Retraite à Ferragudo au Portugal

Voici comment Gabriella et Eric Mortier m’ont raconté l’histoire de leur coup de foudre pour un charmant petit village de l’Algarve au Portugal, qui les amena quelques années plus tard à prendre leur retraite à Ferragudo au Portugal :

« Nous étions assis à la terrasse d’un café, sur la place du petit village de pêcheurs de Ferragudo baigné par le soleil d’une fin d’après-midi, sirotant un thé glacé et observant tranquillement ce qui se passait autour de nous. Des enfants riaient et jouaient sur la place, des groupes de vieux messieurs assis ensemble sur des bancs discutaient et refaisaient le monde, et des touristes butinaient dans les petits magasins de souvenirs aux alentours. Même en cette fin du mois de septembre, le soleil était chaud. Au fond, les petits bateaux de pêche colorés tanguaient et clapotaient dans le port sous l’effet de la marée changeante.

« Je pourrais vivre ici » me dit mon mari Eric en se retournant sur moi.

« Moi aussi » fut ma réponse spontanée.

« Et alors nous nous sommes arrêtés de parler en se regardant avec stupéfaction.

« Durant toutes nos années passées ensemble, nous n’avions eu qu’une seule règle concernant les voyages, celle de ne jamais retourner deux fois au même endroit en vacances. Cette règle s’est traduite par de nombreuses aventures fantastiques. Nous avons visité l’Egypte, l’Inde, Barcelone, L’Ile Maurice et l’Italie et avons sillonné dans la plupart des régions françaises.

« Quand un ami nous prêta sa petite maison de pêcheur en Algarve, nous avions planifié une semaine de vacances pour se reposer de nos activités professionnelles respectives et pour prendre une provision de soleil avant l’hiver.

« Cependant, dès notre arrivée, nous avons été « scotchés » par la vue spectaculaire qui s’offrait à nous depuis la route qui mène au village de Ferragudo. L’église du village perchée tout en haut de la colline, les maisons blanches accrochées à ses flancs et entrecoupées de ruelles pavées qui descendent jusqu’au petit port de pêche situé sur l’estuaire de la rivière aux eaux scintillantes.

« La population du village, qui est un mélange de locaux, d’expatriés et de vacanciers, nous a tout de suite semblée accueillante. Trop accueillante pour pouvoir respecter notre règle de ne jamais retourner deux fois au même endroit. Durant les deux années suivantes, nous avons loué cette petite maison cinq fois. A chaque fois nous avions de plus en plus l’impression d’arriver chez nous, et en partant nous comptions les semaines et les jours avant d’y retourner.

« Notre premier voyage remonte maintenant à 12 ans. Trois ans après, nous avons acheté une maison avec l’objectif d’y vivre de manière permanente dès qu’Eric serait en retraite. Et il y a quatre ans, nous avons enfin réalisé notre rêve de « Un jour nous pourrions vivre ici », en nous y installant définitivement.

« Cela a demandé beaucoup de préparation, de sacrifices et de détermination pour ne pas abandonner notre rêve de réaliser ce projet fou, mais les conseils et les informations pratiques contenus dans le guide « Retraite sans Frontières Portugal« , ainsi que la photo de notre petit village sous le soleil, punaisée sur le mur à côté de l’ordinateur, nous ont aidé à vaincre les doutes. A chaque coup de blues ou de fatigue au travail, nous nous disions « Un jour nous serons là, marchant sur ‘notre’ plage, nous baladant autour de ‘notre’ village et jouissant de cette vue ». De quoi se redonner beaucoup de courage.

« Nous y retournions à chaque vacances, et à chaque fois nous explorions un peu plus la région. Il y a tant de petites baies et de falaises spectaculaires, de minuscules restaurants servant une cuisine familiale faite de produits frais, de jolis petits villages aux ruelles pavées et aux maisons blanches immaculées… tant de choses à voir et à explorer.

« En Algarve, quelque chose fait que vous prenez plaisir à vous assoir sur un banc et à vous relaxer en profitant du paysage… ou à emporter un pique-nique pour une journée de ballade sans but précis. Il est difficile de se stresser ici, le rythme de vie est tellement lent.

« Il est certain qu’il y a de la frustration, mais avec un soleil qui brille plus de 300 jours par an et un café à chaque coin de rue où vous pouvez faire une halte pour un expresso bien frappé et un pastel de nata (petit flan dégusté tiède avec de la cannelle et du sucre glace)… vous savez que tout ira bien.

« Et maintenant nous y sommes, en retraite, libérés de nos contraintes professionnelles. Tous les matins, une vue spectaculaire sur l’estuaire, avec Portimao en toile de fond, s’offre à nous. Je m’assoie sur notre terrasse avec une tasse de thé pour en profiter, après avoir fait une longue promenade autour du village et jusque sur la plage donnant sur l’Atlantique. Nous prenons notre déjeuner dans le jardin et la plupart du temps au soleil, et vivons une vie simple, tranquille et relativement peu compliquée. Notre précédente existence à la fois trépidante et stressante nous semble maintenant bien lointaine…

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »