Vivre mieux en dépensant moins !

5 leçons apprises au contact de retraités installés à l’étranger

Cela fait maintenant plus de huit ans que j’ai crée le site « Retraite sans Frontière » et que je rédige des articles et des guides sur le sujet.

J’ai rencontré beaucoup de personnes qui m’ont parlé de leur projet de retraite à l’étranger, puis de leur expérience de retraité installé dans leur pays d’accueil. Je suis même allé rencontrer certains d’entre eux sur leur lieu de vie au Portugal, au Maroc et en Thaïlande. Ils m’ont fait partager leur expérience nouvelle, leurs satisfactions et leurs regrets, leurs succès et leurs erreurs.

Enrichi de tous ces témoignages, voici 5 conseils fondamentaux que je souhaite transmettre à ceux qui envisagent prendre leur retraite à l’étranger.

Leçon n°1 : Recherchez par vous-même, mais n’oubliez pas de prendre aussi conseil

Je suis affolé de voir le nombre de personnes qui s’installent au Portugal, au Maroc, à Bali ou ailleurs dans le monde, et qui n’ont jamais visité le pays avant ou qui n’y sont venus que pour une semaine de vacances à l’hôtel.

Beaucoup de gens vont sur Google et entrent « quel est le meilleur endroit de retraite au Monde? »

Pourquoi est-ce que vous devriez prendre une des plus importantes décisions de votre vie sur l’opinion de quelqu’un que vous ne connaissez pas, qui ne connait pas votre situation, ni rien de vous? Inévitablement, ces gens sont les personnes les plus surprises et les plus mécontentes quand les choses ne se passent pas comme elles l’espéraient.

Par-dessus tout, il faut trouver des retraités qui sont partis avant vous et prendre conseil auprès d’eux. C’est facile à faire. Il y a tous les jours sur internet une nouvelle source ou un nouveau site qui parle de la retraite à l’étranger. Mais souvenez-vous que vous ne devez pas croire tout ce qui se raconte sur le web. Je lis souvent des conseils erronés, donnés par des personnes qui n’ont pas visité la région dont ils parlent depuis des années, si ce n’est jamais.

Vous devez visiter le pays et plus précisément la région vous-même! Servez-vous de vos propres expériences et jugements pour prendre votre décision finale. Après tout, c’est vous qui allez devoir vivre avec!

Envisagez prendre conseil auprès de professionnels. Ils peuvent vous aider dans les démarches administratives, ils peuvent aussi vous conseiller pour trouver le bon endroit en fonction de vos souhaits personnels. Ceci est particulièrement important si vous n’avez pas le temps de faire un voyage suffisamment long pour vous imprégner de ce lieu.

J’ai connu beaucoup de gens qui, une fois installés à l’endroit qu’ils avaient choisi, ont déménagé à un endroit qu’ils aiment mieux que leur choix initial, en partie parce qu’ils n’avaient pas réfléchi avec l’aide d’un professionnel.

Leçon n°2 : Une fois installé, rencontrez du monde sans attendre

Déménager dans un nouveau pays peut s’avérer stressant de prime abord. Essayez de vous faire des amis tout de suite. Commencez à discuter avec les locaux. Quand vous entendez des personnes se parler en français dans un magasin ou dans la rue, présentez-vous, croyez-moi ils seront heureux de vous rencontrer.

Avoir un groupe d’amis, à la fois des locaux et des expatriés, sera utile pour tout un tas de raisons. Ils peuvent vous aider à comprendre le fonctionnement du réseau de transport en commun, vous conseiller sur le choix d’un avocat parlant français, où encore vous indiquer la plus proche pharmacie ouverte 24 heures sur 24.

Je connais des célibataires qui sont partis seuls loin de leurs proches, et je peux vous dire que cela s’avère être un défi supplémentaire. La solitude, spécialement au début, peut vous envahir. J’observe avec le recul que ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui se sont impliqués dans la communauté locale et/ou dans celle des expatriés dès leur arrivée.

C’est ce qu’a fait Joël D. retraité à l’île Maurice qui, à peine installé dans le pays, s’est rapproché d’une église paroissiale et a offert ses services au sein de l’équipe de volontaires servant la soupe populaire aux pauvres du quartier.
Rapidement, on lui a confié la clé du local, signifiant qu’il était devenu l’un des principaux volontaires, et lui donnant l’opportunité d’apporter sa contribution à la communauté.

Cela lui a aussi permis de rencontrer d’autres expatriés. Durant ces quelques heures par semaine, ils discutent entre eux de tout un tas de choses… nouvelles lois affectant les étrangers, où acheter la presse française, dernières aventures de voyage…

Il savait que s’il se trouvait lui-même dans une situation d’urgence, certains de ses nouveaux amis viendraient à sa rescousse.

Leçon n°3 : Autant que possible, vivez comme les locaux

Vivre dans un pays étranger peut s’avérer être très économique, spécialement si vous vivez comme un local.
Qu’est-ce que cela veut dire ?

En premier lieu, cela signifie que vous devez acheter là où les locaux achètent. Il y a plein de supermarchés, mais les marchés sont mieux et servent aussi de distraction. Les meilleurs prix se retrouvent dans les produits locaux, et il y en a souvent à profusion. Fruits, légumes, poissons en bord de mer, poulet, œufs, fromage… une garantie de fraicheur.

Manger à l’extérieur peut aussi être bon marché si, à nouveau, vous vous focalisez sur les restaurants populaires auprès des locaux. Demandez à vos voisins où aller pour le petit-déjeuner, le déjeuner…

Leçon n°4 : Réglez tout de suite les tâches administratives

Je vous recommande de prêter attention à toutes vos démarches administratives dès que possible après être arrivé, particulièrement hors d’Europe car les conditions sont plus strictes :

Vous êtes peut-être entré dans le pays avec un visa de tourisme valable 3 à 6 mois, il ne faut donc pas trop attendre pour effectuer les démarches d’obtention d’un droit de séjour permanent.

Il faut aussi ouvrir un compte bancaire auprès d’une banque locale pour faciliter le transfert de vos pensions retraite.

Dans le cas où vous ne l’auriez pas déjà fait avant votre départ, il vous faut connaitre les conditions pour bénéficier du système de santé public, afin de décider de quel type d’assurance maladie vous avez besoin pour être couvert en cas de pépin.

Il faut aussi vous inquiéter de savoir si votre permis de conduire français est valable dans le cas où vous seriez amené à louer un véhicule épisodiquement pour vous déplacer. Vous devrez peut-être procéder à son échange contre un permis local.

>> A LIRE : Check-list des démarches à effectuer pour partir en retraite à l’étranger

Leçon n°5 : Respectez les lois, soyez aimable envers les locaux et profitez

Faites l’effort de prendre connaissance des lois du pays de manière à ce que vous ne soyez pas surpris.
Soyez respectueux envers les locaux, leur culture, leur religion. Apprenez la langue du pays, au moins quelques mots.

Pendant ce temps, sortez, bougez ! Assistez à un maximum de fêtes et événements populaires. Lancez-vous dans une nouvelle activité de loisirs. Rejoignez un groupe.
Et appréciez l’aventure, profitez de chaque moment qui passe!

En ayant pris la décision de commencer à préparer votre départ en retraite à l’étranger, vous avez avancé d’un pas. En poursuivant votre préparation, vous allez devoir gagner des défis, supporter des tracasseries, affronter des difficultés et votre récompense sera l’expérience extraordinaire que vous retirerez de votre choix de vie.

Ce sera l’aventure de votre vie!

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »