Vivre mieux en dépensant moins !

L’Algarve : L’un des plus attractifs lieux de Retraite en Europe

plage de l'Algarve

Vous êtes de plus en plus nombreux à souhaiter prendre votre retraite au Portugal, notamment depuis qu’une mesure entrée en vigueur en 2013, est venue doper l’intérêt pour le pays. En effet, les pensions du secteur privé des retraités français résidant fiscalement au Portugal sont exonérées d’impôt sur le revenu pendant 10 ans.

L’Algarve, située au sud du Portugal et bordée par 180 kilomètres de côtes, est la région privilégiée par les retraités en quête de mer turquoise et cristalline, de criques isolées entourées de rochers sculptés par l’érosion, de plages de sable blanc baignées de soleil, et de petits villages aux maisons d’un blanc immaculé, joliment colorés par une végétation semi-tropicale, des vergers, des orangeraies, des champs de figuiers et d’amandiers…
Si vous recherchez un style de vie à l’occidentale, dans un endroit situé non loin de votre famille et de vos amis restés en France et vous permettant de vivre mieux et moins cher, cette région est la vôtre.
Mais où vous installer pour bénéficier des traditions, de la culture, de l’architecture historique, sans être trop isolé et à l’inverse sans trop subir l’invasion des touristes européens qui y élisent domicile pour des vacances d’été souvent festives et bruyantes?

Parmi mes « coups de cœur » en Algarve, Ferragudo et Lagos, un village et une petite ville qui offrent histoire, charme du vieux monde et plages spectaculaires.

Ferragudo est un ravissant village de pêcheurs situé sur l’estuaire du Rio Grande, qui par certains cotés, fait penser au vieux Saint Tropez avec son port, ses ruelles étroites et son église.
Les maisons blanches et immaculées dégringolent du versant de la colline jusqu’aux berges de la rivière. En empruntant les ruelles pavées et étroites, depuis l’église perchée tout en haut du village jusqu’à la ravissante petite place Praça Rainha Dona Leonor, on peut admirer les maisons de pêcheurs aux portes et encadrements colorés, garnies de fleurs aux fenêtres et aux balcons. En bas, sur la place et le long des quais on peut s’assoir à la terrasse d’un restaurant et profiter d’un repas de poissons fraîchement pêchés pour un prix très correct, tout en jouissant d’une jolie vue sur la mer ou sur la rivière.
Les distractions ne manquent pas. Ferragudo possède deux belles plages de sable pour les activités habituelles de bord de mer. Posséder un petit bateau est assurément un investissement vite amorti au vue des nombreuses excursions possibles en mer ou le long de la rivière. Enfin il existe plusieurs parcours de golf aux alentours et un club de tennis à Carvoeiro.

>> Tout savoir sur la retraite au Portugal

Lagos est une citée balnéaire chargée d’histoire et de plages « carte postale ». La petite ville (17 000 habitants en hiver) a conservé beaucoup de charme et de caractère avec son fort, ses murailles et son centre historique. Elle a réussi à garder intactes de splendides bâtisses de l’époque maure et de superbes églises telle que l’Hermitage de Sao Joao qui remonte au Moyen âge.
Ses ruelles piétonnes, très animées l’été, regorgent de cafés, restaurants et boutiques de mode et le programme d’animations culturelles est riche en manifestations diverses. Par ailleurs, le port de pêche et le marché aux poissons couvert constituent deux autres points de distraction.
Une des principales attractions de Lagos est sa proximité avec quelques unes des plus belles plages du pays, voir même du monde!. A l’Est s’étend l’interminable plage Meia Praia, longue de 4 kilomètres, où tous les sports nautiques peuvent être pratiqués, tandis qu’à l’Ouest, de Praia de Dona Ana à Porto de Mos, se succèdent criques et plages de sable entourées de majestueuses formations rocheuses et de grottes dans une palette de couleurs qui va de l’ocre au rouge foncé.

Enfin, cerise sur le gâteau, le Portugal en général et l’Algarve en particulier, offrent l’opportunité de bénéficier d’un coût de la vie très abordable : un couple de retraités peut y vivre confortablement avec un budget mensuel minimum de 1500 euros.

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »