Vivre mieux en dépensant moins !

Testez votre projet de Retraite à l’Etranger

Ce n’est pas forcément tout ou rien… Vous pouvez « prendre votre retraite à l’étranger » et continuer à passer une partie ou même l’essentiel de votre temps chez vous en France.

Je précise cela au cas où cela ne vous serait pas déjà venu à l’esprit. L’idée de partir s’installer dans un nouveau pays à plein temps, une fois pour toute, peut s’avérer intimidante. Vendre votre maison, expédier votre voiture, vos meubles, vos objets précieux… vous envoler vers un nouveau pays où vous ne connaissez personne et où tout le monde parle une autre langue? Vu comme cela, ce projet de retraite à l’étranger semble insensé et même terrifiant.

Par conséquent ne vendez pas votre maison. Gardez votre voiture dans le garage. Remplissez une valise ou deux et partez à un endroit qui a retenu votre attention pour, disons, un mois ou deux. Ne pensez pas à l’idée d’acheter une maison ou un appartement. Louez petit et modeste, ou organisez-vous un séjour en « bed and breakfast » ou en gîte. Restez détendu et non stressé.

Ainsi, vous pouvez tranquillement préparer votre projet. Puis, si l’endroit que vous avez choisi de tester ne vous convient pas totalement, vous pouvez retourner chez vous (souvenez-vous, votre voiture vous attend dans le garage)… et commencer à planifier vos prochaines vacances de « retraités à l’étranger » en donnant une chance à un autre endroit.

Vous pouvez continuer ainsi pendant des années. Vous profiterez d’une partie des bénéfices d’une nouvelle vie dans un nouveau pays (et peut-être d’un coût de la vie considérablement plus faible, d’un meilleur climat, de soins médicaux bon marché, de nouveaux amis, de palpitantes aventures, et de petits luxes que vous ne pouvez probablement pas vous offrir maintenant, une femme de ménage à plein temps par exemple), tout en gardant un filet de sécurité. Et à chacune de vos incursions dans le monde de la « retraite à l’étranger », votre confiance augmentera et votre projet prendra forme.

L’étape suivante pourrait consister à allonger la durée de chacune de vos vacances de retraités à l’étranger. Vous pourriez passer trois à six mois dans chacun des nouveaux endroits selon les possibilités légales offertes par des services de l’immigration et éviter ainsi de devoir entamer la procédure de demande de résidence permanente.

Puis vous pourriez commencer à louer votre maison en France durant les périodes ou vous ne l’utilisez pas. Cette rentrée d’argent vous aiderait à subvenir aux dépenses liées à vos errements à l’étranger.

Vous pourriez ensuite investir dans la location ou l’achat d’un logement à un endroit que vous aimez suffisamment pour avoir envie d’y retourner régulièrement. Là encore louez cet appartement ou cette villa lorsque vous n’y séjournez pas, pour accroitre encore votre revenu de retraite.

Et pour finir, peut-être que vous vous sentirez prêt à vendre votre maison en France parce que, avec le temps, vos relations et amis vous semblent de moins en moins important. Plus intéressants sont les nouveaux endroits que vous découvrez, les nouveaux amis que vous vous faites, et les nouvelles aventures que vous partagez.

Allez-y pas à pas et laissez votre projet de retraite à l’étranger se développer naturellement. De la même façon qu’il n’existe pas un havre de retraite à l’étranger qui convient à tout le monde, il n’existe pas non plus un projet de retraite à l’étranger qui convient à tous. L’idée est adaptable à chacun.

En conclusion, ce que je veux vous faire comprendre, c’est que vous n’êtes pas obligé de prendre votre décision maintenant ou avant de partir, faites simple, commencez par partir en vacances dans un pays qui vous attire.

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »