Vivre mieux en dépensant moins !

Est-il encore possible de prendre sa Retraite au Maroc ?

Depuis quelques années, le Maroc fait face à un problème de déficit d’image et à l’amalgame géopolitique dont il est victime. Avec les révolutions arabes et la menace terroriste, le Maroc est considéré comme un pays à risque, assimilé indistinctement au reste du Maghreb.

Doit-on pour autant l’oublier lorsque l’on est à la recherche d’un pays d’accueil où s’installer à la retraite? A l’heure du choix, on l’oppose souvent au Portugal, comme tous les pays, il possède beaucoup d’atouts mais aussi quelques faiblesses.

Sécurité **

C’est le frein majeur évoqués par les retraités qui recherchent un pays d’accueil pour vivre leur retraite à l’étranger.
Je suis mal placé pour vous donner des conseils, aussi je m’en tiendrai aux recommandations du Ministère des Affaires Etrangères français, que vous pouvez consulter sur leur site :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/
Contrairement à tous les autres pays d’Afrique, on observe que le Maroc est en “Vigilance normale” (comme la France), à l’exception des frontières avec l’Algérie et le Sahara Occidental.
Il est en outre notamment stipulé : “Le Maroc reste un pays sûr où le tourisme peut se pratiquer sans difficulté. Il est cependant recommandé aux Français résidents ou de passage de faire preuve de vigilance dans les lieux publics ou de rassemblement”.

Accessibilité ****

Plusieurs compagnies aériennes low-cost assurent des liaisons avec les principales villes françaises en moins de 3 heures de vol, à un coût qui peut être inférieur à 100 euros l’aller-retour si vous pouvez programmer votre voyage quelques semaines à l’avance.

Climat *****

C’est peut-être l’atout principal du Maroc, notamment le long de la côte sud du pays (Essaouira à Agadir) où la chaleur de l’été est adoucie par la brise de mer et par la barrière formée par l’Atlas, et où les hivers sont doux et ensoleillés.

Cuisine ***

La cuisine marocaine est une cuisine méditerranéenne caractérisée par une variété de plats d’origines arabe, juive et berbère, elle propose donc tout naturellement une grande diversité de plats : couscous, tajine, pastilla, méchoui… préparés à partir de denrées que l’on peut acheter au souk, à l’hypermarché du coin ou encore, pour les produits de la mer, directement au port, voir même dans la barque du pêcheur.

Intégration ****

S’il y a quelques interdits religieux et quelques normes sociales contraignantes pour ceux qui souhaitent reproduire un mode de vie très occidental, les Marocains restent des gens très accueillants et réputés pour leur hospitalité à partir du moment où l’on respecte leur culture et leur religion. De plus, la langue française, parlée un peu partout, facilite le contact et la communication.

Santé *

Les structures hospitalières du secteur public laissent à désirer, notamment par manque de moyens et mauvaise gestion. Les cliniques privées vous prennent en charge plus rapidement mais il vaut mieux avoir quelques connaissances médicales et négocier les honoraires pour ne pas se faire arnaquer et passer des examens inutiles qui peuvent coûter très cher. En cas de sérieux problème, il est préférable de retourner vous faire soigner en France.

Coût de la vie ****

Au Maroc, le prix élevé des produits importés est largement compensé par le faible coût des produits fabriqués localement et par les services faisant appel à la main d’œuvre locale, ce qui explique que j’estime que vous pouvez espérer faire une économie moyenne de 30% par rapport à la France. En vieillissant vous apprécierez sans doute de savoir que vous pouvez disposer d’une employée de maison à temps plein pour à peine plus de 200€ par mois.

Impôt sur le revenu ****

Le régime fiscal marocain est très favorable aux retraités français : en plus d’un abattement forfaitaire de 40% sur le montant de la pension retraite, le Maroc accorde une réduction de 80% applicable sur la partie de la pension transférée à titre définitif sur un compte en dirhams non convertible. Cela étant, il faut relativiser le niveau de cette réduction, eut égard au fait que le barème de l’impôt sur le revenu grimpe vite.

Hormis quelques contraintes culturelles, le pays offre des conditions de vie qui, avec ses 300 jours de soleil par an, jouent positivement sur le moral et relativisent les problèmes.
Si la mondialisation a uniformisé de nombreuses cultures, le Maroc a su préserver son art de vivre traditionnel ainsi que son authenticité. Vivre au Maroc c’est découvrir une nouvelle culture, rencontrer d’autres personnes…

Paul Delahoutre
Auteur des guides “Retraite sans Frontières”