Vivre mieux en dépensant moins !

Retraite au Portugal : Sesimbra et son cadre de vie exceptionnel

sesimbra au Portugal

 

Niché dans une anse au pied du versant sud de la Serra da Arrabida, orienté plein sud et abrité des vents, le petit port de pêche de Sesimbra bénéficie d’un climat très agréable. C’est devenu une station balnéaire très fréquentée par les Lisboètes aisés et par les jeunes, qui vous paraitra tranquille et agréable en semaine et hors saison, mais bruyante et encombrée le week-end et durant les vacances scolaires. Mais n’est-ce pas un compromis supportable lorsque l’on connait le cadre de vie exceptionnel dont on peut jouir en vivant à Sesimbra, jugez-en vous-même.

Son cœur de ville :

La vieille ville date principalement du 16ème siècle, ses rues pentues débouchent parfois sur des placettes fleuries de jacarandas qui donnent un peu d’ombre aux maisons recouvertes de carreaux de faïence.

Le château restauré situé au sommet d’une échine pelée, à plus de 200 m au dessus de la mer, vaut surtout pour le panorama que l’on découvre depuis son chemin de ronde.

Le fort de Santiago, posé sur la plage qu’il sépare en deux, est occupé par la capitainerie du port. Il, constitue une belle plateforme au pied de laquelle se tient en fin d’après-midi le marché aux poissons.

La grande plage de sable doré aux eaux limpides, très animée le week-end et l’été, vous est toute acquise le reste de l’année. Elle est bordée de restaurants spécialisés dans le poisson grillé et les fruits de mer.

Le port est adossé au pied de la falaise. L’importante flottille de chalutiers et de barques, aux proues décorées d’un œil ou d’une étoile, atteste d’une activité qui reste soutenue.

Son environnement de sites naturels :

Le Parc Naturel d’Arrabida
Sur 6 km de large et 35km de long, culminant à 500 m d’altitude, cette chaine montagneuse est une petite merveille. Son versant sud fait penser à la Corse : couvert d’un maquis où dominent pins et cyprès, il s’achève par des falaises abruptes qui tombent dans l’océan en ménageant des petites plages de sable blanc. Son versant nord, au relief plus adouci, est tapissé de vignes, de vergers et d’oliviers, les villages y sont riches et les quintas nombreuses.

Le cap d’Espichel (à 15 km au sud-ouest)
Cette pointe rocheuse située au bout d’une langue de terre désertique et balayée par les vents, n’est pas sans rappeler notre pointe du Raz ou certains paysages irlandais. De vertigineuses falaises dominent l’océan en un à-pic de plus de 100 mètres avec en contrebas d’une chapelle ornée d’azulejos, une petite crique sauvage. Sur le promontoire, est érigé un sanctuaire du 17ème, lieu de pèlerinage très fréquenté.

La lagune d’e Lagoa de Albufeira (à 15 kms au nord-ouest)
Cette lagune est un vrai paradis pour les pêcheurs et les oiseaux migrateurs. Alimentée par une rivière qui prend sa source dans le Parc Naturel d’Arrabida, la lagune n’est séparée de l’océan que par un mince cordon de dunes. Autour quelques sentiers de randonnées permettent d’arpenter les pinèdes.

 

>> Tout savoir sur la retraite au Portugal

 

Et si vous souhaitez profiter des attraits de Sesimbra et de sa région sans devoir en supporter les inconvénients du tourisme de masse, il existe un lieu que j’ai découvert un peu par hasard en sillonnant dans l’arrière-pays et qui pourrait peut-être vous séduire… Cet havre de paix, c’est le village de Vila Nogueira de Azeitao, situé à 15 km au nord-est de Sesimbra, en bordure du Parc naturel d’Arrabida.
Ce riche bourg agricole, entouré de vignes et de belles résidences seigneuriales, est réputé pour son muscat et son fromage de brebis. La rue principale est bordée de jolies fontaines baroques et d’élégantes constructions entourées de jardins fleuris, abritant la célèbre maison viticole da Fonseca.
Et pour vos loisirs, le superbe complexe sportif « Quinta do Peru » (golf, tennis, piscine, équitation et centre de remise en forme) ne se situe qu’à 6 kms du village.

>> Découvrez quelque uns des meilleurs endroits pour la retraite au Portugal

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »