Vivre mieux en dépensant moins !

Retraite à Lisbonne : une vie culturelle intense

Lisbonne

 

Sa douceur de vivre apaise, son histoire fascine. Au bout du Tage, tournée vers l’Atlantique, la ville des grands navigateurs a traversé la crise sans perdre son charme. Désormais, les retraités français s’y installent en nombre.

Lisbonne jouit d’un climat chaud et ensoleillé toute l’année. Peu d’endroits au monde disposent d’autant d’atouts, de la vie culturelle intense aux multiples possibilités de détente en plein air, des appartements élégants aux nouvelles résidences luxueuses. Une retraite à Lisbonne offre un choix de styles de vie pour tous les goûts et tous les budgets, dans une citée qui a l’un des plus bas taux de criminalité d’Europe.

Cà grouille ici, les gens sortent, se promènent, prennent le temps d’un café et d’une pasteis de nata dans l’un de ces cafés-pâtisseries qui n’existent pas chez nous, en France. Le cœur de Lisbonne est charmant et bat à 100 à l’heure, embelli par des petits commerces traditionnels ou illuminé par les grandes enseignes des boutiques haut de gamme.

L’opulence et la diversité culturelle de Lisbonne lui procurent un attrait spécifique. Son patrimoine et son histoire se métamorphosent dans les différents quartiers et les nombreux lieux, sites et musées. La vie culturelle moderne atteste aussi de cette agitation avec le renouveau architectural de la ville, l’essor de lieux de création et la place privilégiée que Lisbonne attribue au Street Art.

Laissez-moi vous emmener découvrir quelques lieux étonnants, authentiques et emblématiques de la ville…

L’Alfama est un quartier qui se parcoure à pied pour apprécier le labyrinthe de ruelles, d’impasses, d’escaliers escarpés, d’arches, de jolies placettes, de petites maisons de pêcheurs, pour découvrir de temps en temps une belle église ou un vieux palais. Il s’anime en soirée au rythme des musiques, des rires et du chant nostalgique du fado, chanté par une femme vêtue d’un châle noir et accompagnée d’un guitariste, qui s’échappe des gargotes du quartier. Tout cela n’est pas sans me rappeler l’ambiance conviviale et bon enfant des bords de Marne.

Le Mercado da Ribeira est une halle centenaire dédiée aux plaisirs culinaires. Imaginez des halles vieilles de plus de 100 ans et divisée en deux. D’un côté le marché aux fruits, légumes, viandes, poissons, produits du terroir, fleurs et artisanat, avec des étendues d’étalages qui n’en finissent pas. De l’autre, une aire très contemporaine, dédiée à la restauration en mode ultra-branché et urbain. Tout est bien pensé, le matin on se balade au milieu d’un immense jardin d’environ 5000 m², on déguste des yeux, on savoure des mains, on s’ouvre l’appétit sans même avoir faim, et on est aspiré vers l’autre salle de même dimension où l’on découvre des tablées géantes avec des tabourets sur lesquels on peut librement s’asseoir, discuter et commander une assiette de pata negra, un verre de bière ou de vin, une crêpe et quelques tapas… Ce marché couvert de Lisbonne est une institution que l’on peut visiter ou dévorer en simple consommateur gourmet.

Le LX Factory est le quartier alternatif de Lisbonne, c’est l’état d’esprit qui résume le mieux les lieux : un quartier peuplé de créateurs, d’établissements au style underground où brique, fer forgé, vieux outils et toiles d’araignées se battent pour avoir le premier rôle. L’ambiance est sociale, collective, ouverte et innovante, donc branchée. J’ai envie de pousser chaque porte, convaincu de trouver derrière un spectacle hors du commun et inattendu. Et c’est le cas ! C’est une explosion de décorations créatives qui se cache dans ces box plus ou moins éphémères. Le temps s’arrête ici, tant il y a de choses à voir et tant il est possible de faire une pause casse-croûte, de boire un coup, de repartir faire un peu de shopping ou d’ouvrir grand les yeux face à de vieux objets détournés et revisités en déco vintage.

Le Musée National de l’Azulejo, situé dans le somptueux couvent de Madre de Deus, présente 500 ans d’art de l’azulejo, exposé de façon chronologique et didactique sur deux étages. Les azulejos font partie intégrante du paysage portugais et lisboète en particulier. Leurs représentations sociales et historiques se révèlent de précieux témoignages du passé. Rien de surprenant dès lors que de leur consacrer un lieu retraçant leur histoire et leur mode de fabrication.

L’Arène de Campo Pequeno est sans conteste l’arène portugaise la plus célèbre, c’est ici que l’on peut assister à la corrida portugaise, appelée tourada, qui déchaîne les passions populaires. Elle est l’équivalent de la corrida espagnole, à quelques détails près : elle s’effectue toujours à cheval, le taureau n’est pas saigné et on n’y pratique pas la mise à mort.

L’Electrico, ce tramway jaune de la ligne numéro 28 fait la couverture de toutes les brochures touristiques de Lisbonne et s’impose comme le symbole de la « ville-plaisir », comme se plaisent à la nommer les lisboètes. Ce véhicule d’un autre temps, authentique et parfaitement restauré, rayonne depuis 1901 au cœur du centre-ville comme le maître des lieux, vers qui tous les yeux se tournent.

Vivre à Lisbonne vous permet de bénéficier de l’avantage d’être à seulement 2/3 heures de vol des principales villes françaises avec les compagnies aériennes low-cost Ryanair et Easyjet. La ville dispose d’un superbe réseau de métro qui se compose de 4 lignes desservant 55 stations. C’est incontestablement le moyen le plus rapide et le moins stressant de se déplacer dans la cité.

De plus, la ville offre de nombreux espaces verts pour le bonheur des amoureux de la nature et des sportifs. Voitures et vélos électriques, réduction des émissions de CO2, énergies renouvelables, pistes cyclables,… la capitale portugaise ambitionne de devenir la capitale verte de l’Europe.

Cerise sur le gâteau, Lisbonne est située à proximité d’un magnifique littoral qui dispose de très belles plages dont la qualité et la propreté des eaux est récompensée chaque année par l’attribution de « Pavillons bleus ». Il suffit de prendre le train à la station Cais do Sodré pour se retrouver une demi-heure plus tard avec les pieds dans le sable!

Le charme a opéré, vous êtes bien accroché, il est trop tard pour reculer,

Bienvenue à Lisbonne !

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »