Vivre mieux en dépensant moins !

Que font les retraités à l’étranger ? Plein de choses!

Quand vous prenez votre retraite à l’étranger, vous faites immersion dans un pays et une culture différents, vous vous faites de nouveaux amis, et vous trouvez le temps de faire toutes les choses que vous auriez toujours voulu faire. Vu de loin, cela pourrait sembler une perspective intimidante, mais s’en est aussi une qui est tonifiante.

« Je suis incapable de te dire ce que je fais toute la journée, mais j’ai l’impression de ne pas arrêter » c’est ainsi qu’un de mes amis retraité en Espagne m’a répondu quand je lui ai demandé ce qu’il faisait de ses journées. Ce n’est pas la première fois que j’entends un expatrié me tenir le même type de langage.

Nous avons tous travaillé longtemps et durement pour mériter de prendre notre retraite. Peut-être qu’après des années de stress, de longs trajets entre la maison et le lieu de travail et d’obligations en tout genre, nous rêvons de décompresser et de ne faire absolument rien pendant quelque temps.

Mais la nature ne supporte pas le vide.

Durant mes fréquents séjours à l’étranger, j’ai été stupéfait de voir les différentes occupations que les résidents étrangers inventent ou imaginent pour rester actifs et productifs. Libérés du joug de l’emploi (bien que de nombreux business tenus par des retraités expatriés fleurissent à travers le monde), les retraités français se lancent dans le volontariat, apprennent la langue locale et enseignent le français, soignent des animaux et cultivent des fruits et légumes, voyagent dans leur pays d’accueil et même au-delà des frontières du pays.

Cours de fitness, club de bridge ou de golf, groupe de randonneurs, expositions d’art, réunion Bingo (oui, j’ai même vu cela)…. Et si vous ne trouvez pas un groupe qui partage vos centres d’intérêt, créez-en un et des gens vous emboiteront surement le pas.

Cela dit, j’observe aussi parfois des expatriés assis seuls à la terrasse d’un bar devant leur verre de bière à 10h30 du matin. C’est souvent ces mêmes personnes qui aiment se plaindre à quiconque qui a la malchance de s’asseoir à côté d’eux, sur ce qui ne va pas en France et, si vous les écoutez assez longtemps, sur ce qui ne va pas dans leur pays d’adoption. Je ne disconviens pas que chacun a le droit d’être misérable, mais cela me désole de voir une telle chance de démarrer une nouvelle vie à l’étranger, gâchée par un manque d’enthousiasme et d’optimisme. C’est leur temps, après tout.

Aller dans des directions inattendues

La retraite peut aussi signifier aller dans des directions inattendues. J’ai une amie qui n’était pas satisfaite de la qualité du fromage disponible en Thaïlande. Elle n’avait jamais envisagé l’idée de faire son propre fromage, mais elle est allé se renseigner sur internet et a appris comment faire. Maintenant, non seulement elle savoure son fromage de chèvre frais, mais elle a aussi développé un petit business de fromagère auprès de la clientèle d’expatriés, qui lui procure un bon petit profit tous les mois.

Que dire aussi de ce suédois rencontré à Luang Prabang au Laos qui trouvait que la tarte à la rhubarbe de sa femme était la meilleure du monde? Avec aucune connaissance industrielle, ils ont décidé d’ouvrir un salon de thé et de partager leurs tartes et autres gourmandises faites maison. Etaient-ils fous ? Peut-être un peu. Est-ce que leur restaurant est un succès? Devinez…

Explorer de nouvelles passions

Quelque soit l’endroit où il y a des expatriés, vous observerez des situations comme celles-là. Parce qu’après une vie passée à s’efforcer de satisfaire les attentes des autres, beaucoup d’entre eux sont ouvert à l’idée d’explorer une nouvelle passion et de voir ou cela les amènent. Prendre sa retraite à l’étranger est une superbe opportunité pour devenir la personne que vous avez toujours voulu être, ou pour découvrir qui vous êtes réellement.

Je me souviens avoir rencontré il y a quelques années dans un parc de Chiang Mai, un français âgé de 84 ans qui venait de s’inscrire à des cours hebdomadaires de Tai Chi. Quand je l’ai complimenté pour ses efforts, il m’a simplement répondu “J’ai décidé que si je voulais faire quelque chose, il fallait le faire maintenant ».

Quel message fort pour nous tous. C’est votre vie, c’est votre temps. Peut-être que la retraite est déjà bien engagée pour vous. Peu importe votre âge, pourquoi différer la réalisation de votre rêve le plus cher? Je vous encourage à aller dans la direction qui fait battre votre cœur. Où que vous soyez aujourd’hui, un monde où tout est possible attend patiemment votre arrivée. Un monde où « savourer le moment présent » surpasse « se remémorer le passé ou s’inquiéter pour le futur ».

S’essayer à de vieux rêves

La retraite est le moment idéal pour s’essayer à de vieux rêves et voir s’ils vous conviennent toujours : Après mes études, je me suis embarqué dans une carrière qui n’avait que peu à voir avec mon goût pour l’écriture et les voyages. Mais j’aimais écrire et découvrir le monde et je n’ai jamais renoncé à l’idée qu’un jour je pourrai mettre en pratique ces deux passions.

Aujourd’hui, assis devant mon ordinateur à la terrasse d’un café de Lagos (Algarve) posé en haut d’une falaise qui domine une succession de petites criques baignées par des eaux cristallines et flanquées de somptueuses formations rocheuses sculptées par l’érosion et formant un parterre de grottes et d’arches dans une palette de couleurs qui va de l’ocre au rouge foncé, je suis heureux de vous écrire ce message optimiste.

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »