Vivre mieux en dépensant moins !

9 Excuses pour ne pas Prendre votre Retraite à l’étranger

Il est temps d’arrêter d’y penser… temps d’arrêter d’en rêver… temps de concrétiser votre projet de retraite à l’étranger.

Arrêtez de trouver des excuses pour remettre votre départ à plus tard :

« Je n’en ai pas les moyens »

Votre bas de laine a diminué ces dernières années, et vous pensez que vous n’avez plus les moyens d’envisager vivre ou prendre votre retraite à l’étranger.
Voici la vérité : Vous n’avez pas les moyens de ne pas l’envisager. Au sens propre comme au sens figuré. Vous pourriez suivre mon conseil et démarrer une vie plus confortable, plus intéressante, sure, plaisante, remplie d’aventure dans la plupart des pays dont je vous parle régulièrement dans ces lignes, avec un budget aussi minime que 1200 € par mois, location de votre logement compris. A certains endroits en Thaïlande et à Bali, vous pouvez même vivre avec un budget de 800 € par mois. Je serais surpris que vous n’en ayez pas les moyens.
Vous vous devez d’aller voir combien une nouvelle vie dans un nouveau pays peut être supportable, amusante et excitante. Je le redis, coût de la vie mis à part, vous ne pouvez pas ne pas avoir les moyens de le faire.

« Ce n’est pas le bon moment »

Il n’y a pas de bon moment.
Bien sur, ce serait plus facile de rester assis et de ne rien faire. Mais où cela vous mènerait-il à la fin de vos jours? Quelles histoires auriez-vous à raconter? Quelles aventures vous souvenir?
«Prêt, feu, partez» : Vous pouvez passer des années à planifier votre projet de retraite à l’étranger… ou vous pouvez prendre votre retraite à l’étranger puis planifiez celle-ci.

« Je ne veux pas quitter ma famille et ma maison pour de bon »

Et bien ne le faites pas. Votre chance aujourd’hui c’est que réinventer une autre vie dans un nouveau pays est une idée que l’on peut adapter à ses envies.
Gardez votre maison en France si vous le souhaitez et passez une partie de l’année dans un endroit exotique et ensoleillé. Établissez une seconde base quelque part à l’étranger… ou changez de point de chute chaque année. Allez et venez comme vous le souhaitez, sachant que vous avez toujours la sécurité de pouvoir retourner «à la maison».
Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise stratégie quant à la façon de prendre sa retraite à l’étranger.

« J’ai encore besoin de gagner ma vie »

Dans le monde d’aujourd’hui, avec un peu d’imagination et de confiance en soi, vous pouvez gagner votre vie partout. En fait, aujourd’hui il peut être plus facile pour un français de gagner sa vie dans un pays en voie de développement qu’en France, parce que vous avez la connaissance, l’expérience, le savoir-faire et les relations que les locaux n’ont pas.

« C’est compliqué à mettre en œuvre »

Je peux comprendre que les démarches à effectuer (formalités d’entrée, déménagement, immobilier, protection sociale, fiscalité, banque, soins médicaux, animaux de compagnie, voiture et permis…) puissent vous paraitre à première vue compliquées mais c’est pourquoi j’ai crée le site www.retraitesansfrontieres.fr.
Commencez par lire mes conseils dans cette newsletter hebdomadaire gratuite, et ensuite passez commande de l’édition régulièrement réactualisée de mon guide pratique « Retraite sans Frontières Monde« , dans lequel je vous conseille sur le choix de votre pays d’accueil et je vous guide pas à pas, pour vous mener de là où vous êtes aujourd’hui à là où vous rêvez d’aller demain.

« Je ne parle pas la langue locale »

Je ne suis pas un linguiste. Et je comprends, c’est de plus en plus difficile d’apprendre une langue quand on vieillit. Mais vous avez la chance de parler français et de pouvoir vous installer dans un pays francophone (Maroc, Tunisie, Sénégal, Ile Maurice…), vous avez aussi probablement une base en langue anglaise qui vous permet de vous faire comprendre dans la plupart des pays de retraite.
Cela dit, notez au passage qu’en prenant de l’âge, apprendre une nouvelle langue est un des meilleurs moyens de maintenir votre cerveau en éveil.

« Je suis trop vieux »

Etes-vous mort? Sinon, vous n’êtes pas trop vieux.
Oui, c’est plus facile et cela peut paraitre plus raisonnable de s’assoir devant sa porte et d’attendre la mort inexorable. Ou peut-être que votre vie est déjà si captivante et si belle que vous ne voulez pas la changer?
Si ce n’est pas le cas, je vous recommande de suivre l’exemple de mon ami Michel qui a 83 ans et qui prépare son déménagement de Strasbourg à Malaga en Espagne. Même après une vie d’aventure, voyageant dans le monde avec la marine française, Michel est prêt pour un nouveau départ.

« Je suis trop jeune »

Comme je l’ai déjà dit, dans le monde d’aujourd’hui, avec un ordinateur portable et une connexion internet, vous pouvez gagner votre vie partout… et le souci de gagner sa vie est la seule objection que quelqu’un trop jeune pour être à la retraite peut avancer pour ne pas envisager l’idée de changer de vie dans un pays ensoleillé et sexy.
Je vous garantis que, peu importe votre âge, si vous faites ce déménagement, vous ne le regretterez pas un seul jour qui passe. Si par contre vous ne le faites pas, vous regretterez toutes les journées d’aventure que vous avez perdues.

« Je dois attendre que mes enfants aient terminé leurs études »

Pourquoi? Je peux vous dire avec confiance qu’une vie à l’étranger est un des plus beaux cadeaux que vous pouvez offrir à vos enfants. Ils vont peut-être objecter au départ, mais avec le temps, ils vont adorer leur vie et apprécier l’effort que vous avez fait pour leur procurer celle-ci.

Les avantages d’une installation à l’étranger n’ont jamais été aussi prometteurs qu’aujourd’hui… il est temps d’être sérieux et de se bouger… pour ne pas le regretter plus tard.

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »