Vivre mieux en dépensant moins !

Je suis un Expat… Sortez-moi de là !

Quand on déménage pour prendre sa retraite à l’étranger, il est courant de se sentir des ailes, notamment si c’est votre première découverte du pays. Ce ressenti est courant parmi les nouveaux expatriés. C’est la période « lune de miel », un temps durant lequel vous tombez amoureux de votre nouveau pays, et tout vous émerveille pendant quelques semaines voire quelques mois.

Puis vous allez commencer à voir les choses différemment. Peut-être que l’air n’est pas aussi pur que ce que vous espériez… la circulation n’est pas aussi ordonnée… les routes ne sont pas aussi bien entretenues… et c’est un peu trop bruyant. La nourriture est différente et vous recherchez avec insistance des produits qui semblent être impossible à trouver localement. Par-dessus tout, vous devez vous faire comprendre dans une langue si compliquée et une culture tellement éloignée de celle dans laquelle vous avez été élevé.

Quelque soit l’endroit où vous irez, il y aura toujours une période d’ajustement. C’est souvent la période la plus difficile à traverser pour un retraité français s’installant à l’étranger pour la première fois.

Je connais un couple vivant à Hoi An au Vietnam, qui a fait un remarquable travail d’ajustement à leur nouvelle vie. Martine et Pierre ont appris l’art de la créativité. Ce fut un challenge personnel qui leur a apporté beaucoup de satisfaction. Quand ils habitaient en France, ils raffolaient les plats préparés surgelés de la cuisine italienne (pizza, lasagnes,…), des plats non disponibles dans les magasins de Hoi An. Qu’à cela ne tienne, les ingrédients de base existaient, avec un peu de persévérance Martine les dénicha sur le marché et aujourd’hui, par substitution, elle cuisine elle-même à l’italienne les plats qu’elle avait l’habitude de consommer tout préparés en France (mais sans additifs et agents de conservation). Bien sur, la période d’ajustement qui suit la période initiale de lune de miel ne se limite pas à la problématique nourriture…

Souvent, quand l’admiration initiale que vous éprouvez envers votre nouveau petit nid de retraite s’éteint, l’ennui s’installe. Ce peut être spécialement déprimant si vous ne vous êtes pas encore construit un réseau social. La solution est alors évidente : Trouver des occupations qui vous distraient.

Si vous déménagez dans un pays développé, vous devriez trouver plein d’opportunités de faire du volontariat : sauver des animaux égarés, nettoyer la plage, apporter votre aide dans un orphelinat, planter des arbres pour sauver la planète, fournir éducation et soutien aux jeunes en difficulté… Il y a toujours quelque chose à faire. En retour, ce travail vous apportera la satisfaction de ne pas vous ennuyer, vous travaillerez autour de gens bien pensant et vous vous ferez de nouveaux amis. Quelque soit votre pays d’accueil, il y a des tas d’organisations de volontaires qui aimeront vous accueillir.

Apprendre une nouvelle langue est décourageant quelque soit son âge, et plus on vieillit, plus cela devient compliqué.

Mes amis Pierre et Martine trouvent la langue vietnamienne pratiquement incompréhensible malgré plusieurs mois de cours dans une école privée. Pierre me dit s’être résigné au fait qu’il ne maitriserait jamais totalement le Vietnamien. Sa frustration vis-à-vis de la langue ne l’a pas découragé de son désir d’apprendre. Il continue à saisir toutes les opportunités de parler vietnamien lorsqu’il se trouve en compagnie de locaux, et parfois, il parvient à s’exprimer avec succès.

Ces petits succès confortent leur plaisir d’habiter là-bas, sachant que même s’ils n’arriveront jamais à parler le Vietnamien couramment, ils peuvent au moins se faire comprendre. Cela leur a permis de se faire des amis qui apprécient le fait qu’ils font des efforts pour s’intégrer. Ils ne parlent peut-être pas beaucoup, mais ils se divertissent en compagnie de personnes qui aiment partager un repas ou faire une ballade avec eux dans la campagne. Et la barrière de la langue ne les freine pas lorsqu’il s’agit de répondre aux gentillesses des enfants qui les accostent dans la rue, même s’ils ne comprennent pas grand chose.

Tout le monde apprécie la période « lune de miel ». Malheureusement, elle ne dure pas. Soyez donc réactif quand la nouveauté disparait. Soyez prêt à préparer des recettes à partir de plats que vous appréciez et que vous aviez l’habitude d’acheter surgelés en boite cartonnée… à apprendre les bases de la langue… à aller dans des endroits où vous rencontrerez des gens sympathiques. Vous vous ferez des amis, vous saurez vous débrouiller seul, vous découvrirez une nouvelle culture…

Avant longtemps, vous réaliserez que vous n’êtes plus la même personne que celle que vous étiez avant de partir. Vous vous sentirez mieux dans votre nouveau « chez soi ». Vous comprendrez pourquoi vous avez fait le grand saut dans l’inconnu en déménageant à l’étranger.

Et vous allez découvrir comment vivre à l’étranger peut être tout à la fois excitant, exotique et enrichissant.

Paul Delahoutre
Auteur des guides « Retraite sans Frontières »